Inventaire du patrimoine culturel immobilier

Recherche 
Liste des biens de votre commune
Quelques chiffres
Loading
Carte Google
Libellé(s) 

 église collégiale (Eglise Saint-Denis)

Illustration(s)
Localisation

Adresse principale : Rue de la Cathédrale 60, LIEGE (Liège)

Inscription 

Bien inscrit comme : Monument

Classement

Tout ou partie de ce bien est classé ou fait partie d'un site classé et fait partie du(des) dossier(s) suivant(s) :

Notice

Fondée en 987, l'église Saint-Denis était une collégiale dotée d'un chapitre de chanoines séculiers qui subsista jusqu'en 1797. Elle devint église paroissiale en 1803.
L'édifice se compose d'une tour occidentale dépourvue de porte, flanquée de deux tourelles d'escalier, une nef flanquée de doubles bas-côtés, un transept et un choeur d'une travée fermé par une abside à sept pans.
La tour, de plan rectangulaire, fut élevée en grès houiller à la fin du 11e siècle ou au début du 12e, et réparée à diverses reprises en brique et en calcaire. Le rez-de-chaussée est éclairé à la face occidentale par deux baies cintrées fortement restaurées. La face orientale de la tour montre un grand arc de décharge au niveau du comble de la nef. De part et d'autre de la tour, les tourelles d'escalier sont de plan carré à la base, à pans coupés dans le haut; elles sont percées de baies cintrées, de baies géminées et d'archères. La partie supérieure de la tour est constituée par un massif rectangulaire en bois essenté d'ardoises, datant de la fin du Moyen Age.
La nef centrale de cinq travées, en grès houiller, est un vestige de l'édifice primitif construit vers l'an mil. Les murs gouttereaux sont percés de baies cintrées sous de grands arcs de décharge. La façade sud présente une corniche en tuffeau taillée en billettes et datant du 12e siècle. Bâtière conservant sa charpente d'origine.
Bas-côtés, intégrant les chapelles latérales, reconstruits au milieu du 18e siècle, en brique et calcaire. Grandes baies cintrées à claveaux passant un-sur-deux. Une baie vers la place Saint-Denis porte la date de 1749. Toitures en bâtières transversales ménageant des pignons au-dessus des baies. La première travée nord est accessible par un portail provenant de l'église Saint-Thomas placé en 1806. La chapelle latérale médiane du côté sud a été agrandie d'après les plans de l'architecte Emile Demany en 1874.
Le transept conserve sa partie inférieure en grès houiller, datant du début du 11e siècle. La partie supérieure du bras sud, en calcaire, fut rebâtie au 16e siècle; baie en arc brisé à
remplage néo-gothique. La partie supérieure du bras nord, en brique, est néo-gothique (19e siècle). Deux arcs-boutants en calcaire étaient la nef à hauteur du transept.
L'abside en pierre de Lorraine, de la fin du 14e siècle, est percée de hautes lancettes entre lesquelles se dressent des contreforts. Toiture en bâtière beaucoup plus haute que celle de la nef. Le pignon occidental, en bois essenté d'ardoises, était prévu comme clôture provisoire en attendant la construction d'une nef gothique jamais réalisée. Le choeur est flanqué au nord d'une salle contruite au 14e siècle, le revestiaire, ancienne sacristie et chapelle Saint-Jean-Baptiste. Murs en calcaire éclairés par des baies en arc brisé. Au sud du choeur, la sacristie est un édifice de deux niveaux en brique et calcaire, de style néo-classique, remontant au milieu du 19e siècle. Le rez-de-chaussée conserve des baies rectangulaires à piédroits chaînés remontant probablement à la première moitié du 17e siècle.
Au sud de l'église, le cloître fut reconstruit en brique et calcaire de 1717 à 1726, en intégrant un long mur roman en grès houiller longeant la rue de la Cathédrale. Donnant accès au cloître, portail sud en calcaire réalisé en 1724.
A l'intérieur, le rez-de-chaussée de la tour, restauré de 1882 à 1885 par l'architecte Auguste Van Assche, présente des voûtes d'arêtes retombant sur une colonne à chapiteau cubique.
La nef, voûtée en 1705, est entièrement habillée de gracieux stucs rococos réalisés en 1747. Colonnes en calcaire la séparant des bas-côtés placées en 1686 par le maître maçon Jacques Persée, en remplacement des piliers romans primitifs.
Les doubles bas-côtés, intégrant les chapelles latérales, sont voûtés en arcs de cloître et ornés de stucs comme la nef.
Le transept conserve sa voûte en pierre dans le bras nord. Bras sud voûté en brique en 1723.
Le choeur et l'abside, très élancés, sont éclairés par neufs lancettes surmontant des arcatures aveugles. Voûtes sur croisées d'ogives en pierre.
Au nord du choeur, le revestiaire du 14e siècle présente une remarquable voûte en étoile réalisée au début du 16e siècle.
Mobilier très riche comprenant un remarquable retable gothique en bois sculpté (début 16e siècle), un buffet d'orgues dû à Nicolas Niehoff et daté de 1589 ; de nombreuses peintures et sculptures du 16e au 20e siècles, et un maître-autel en marbre de 1747.

FDC

Bibliographie

RPMSB, Canton de Liège II, p. 19.
FORGEUR, R., 1971. L'église Saint-Denis à Liège, Liège, (Feuillets archéologiques de la Société royale Le Vieux-Liège, no 7).

Cartographie 

Informations cadastrales

Division : Liège

  • Section A
    • Parcelle 799E

Partie constituante principale

église collégiale

Identité

Fonction(s)

  • Fonction(s) primitive(s) : église collégiale
  • Fonction(s) actuelle(s) : église paroissiale

Nom(s)

  • Nom(s) primitif(s) : Eglise Saint-Denis

Datation 

Siècle(s)

11e, 12e, 14e, 18e, 19e

Année(s)

1749 (m)

Style(s)

Classique, Gothique, Néo-gothique, Rococo, Roman

Intervenant(s)

  • Demany Emile (Architecte)
  • Van Assche Auguste (Architecte restaurateur)
  • Lohest Fernand (Architecte restaurateur)

Prospection

Auteur(s) de la prospection (2004) : Bénédicte DEWEZ, Flavio DI CAMPLI

Publication papier 

Tome : IPA - Liège (2004)

Code de la fiche

62063-INV-0341-02

Autre(s) version(s) de la fiche 

Version(s) antérieures :

Vous êtes sur le point de proposer une observation sur la fiche 62063-INV-0341-02.
Voici la liste des observations possibles :

Si vous souhaitez faire un autre type d'observation, merci de prendre contact directement avec les agents responsablesde l'Inventaire du patrimoine culturel immobilier dont les informations de contact sont accessibles ici