Inventaire du patrimoine culturel immobilier

Recherche 
Liste des biens de votre commune
Quelques chiffres
Loading
Carte Google
Libellé(s) 

Aucun libellé renseigné

Localisation

Adresse principale : Rue Cahorday, BLEGNY (Saive)

Classement

Tout ou partie de ce bien est classé ou fait partie d'un site classé et fait partie du(des) dossier(s) suivant(s) :

Notice

Château de Méan. Au début du XVIIe s., Pierre de Méan († 1638), échevin de Liège, avait acheté, à proximité du domaine de la Motte ou de Bellaire, «une métairie où il fit bâtir un pavillon accompagné d'une tour», rapporte P.L. de Saumery. Son fils Charles y ajouta d'autres bâtiments. En 1692, Jean-Ernest de Méan, chanoine de Saint-Martin à Liège, acquit la seigneurie de Saive, laissant à la famille de Monsen la propriété du Vieux-Château. Après avoir hérité du domaine en 1719, son neveu, Pierre de Méan, «trouvant que les anciens bâtiments, élevés à plusieurs fois, étaient ruinés par le temps, peu commodes et irréguliers, a pris le parti d'élever celui» qui domine aujourd'hui le plateau.
Avec la ferme sur laquelle il s'appuie, le château en briques et calcaire forme un vaste quadrilatère, dont le corps de logis, flanqué de deux fortes tours carrées, avait au nord façade sur un jardin à la française qui figure sur la vue des «Délices du pays de Liège».
La demeure du 2e qu. du XVIIIe s. s'étend sur sept travées éclairées par des baies rect. au r.d.ch. et au 1er étage. Des mezzanines à linteau bombé et clé centrale ajourent les combles de la toiture mansardée. Au centre, l'avant-corps, peu saillant, encadré de pilastres graciles, apparaît assez hybride. Il est couronné par un fronton semi-circulaire monté sur des volutes et richement décoré aux armes de Pierre de Méan (1691-1757) et de Hélène-Jeanne de Waha († 1776) entre des motifs végétaux: un aigle s'élève de la couronne de baron en agrippant les écus supportés par deux griffons portant bannière aux lettres énigmatiques «JIL» sous une couronne impériale (Léopold imperator?). Au-dessus du r.d.ch. qu'animent trois portes-fenêtres cintrées, les étages sont dotés respectivement d'une chapelle en encorbellement sur des consoles et d'un beau balcon. Un soleil en fer forgé frappe la dalle lisse qui signale la saillie de l'oratoire privé. Deux tours renforcées de harpes d'angle accostent fièrement la demeure. Au-dessus de trois étages de baies semblables à celles du logis, une fenêtre ovale à quatre clés ajoure les combles. Une élégante toiture en pavillon et lanterneau ardoisé à cloche domine chacune d'elles.
A la suite de Saumery, pénétrons à l'intérieur: «La façade du côté du jardin présente d'abord un salon percé de trois arcades vitrées, qui communique à des appartements à dr. et à g.. Un escalier carré, à noyau vide, conduit aux trois étages de cette maison. Au-dessus du premier salon est un ample vestibule qui distribue avec grâce et facilité l'entrée aux différents appartements. On y a ménagé [au centre] une chapelle très propre et une enfilade terminée par deux balcons [dans les tours] qui fait un effet des plus agréables. A l'étage supérieur, se trouve un troisième salon terminé en dôme et destiné à un billard. Un balcon y fournit un point de vue qu'on ne se lasse pas d'admirer». * L'étage est occupé par une longue salle d'apparat ou de bal, entièrement voûtée, à l'allemande.
L'arrière du château, où se retrouvent les blasons des Méan et des Waha avec la date de 1731, est percé de baies à piédroits harpés et de portes à intrados cintré. Il frappe par son aspect archaïsant.
Déserté, hormis sa ferme, le château de Méan est à l'abandon depuis la seconde guerre et son parc enlaidi par des casernes d'une triste banalité. L'intérieur a été vidé de son contenu, y compris les cheminées (fig. 106).

M.C.[ALLUT], Saive, dans Châteaux de Plaisance, [Bruxelles, 1977,] p. 225. M.C. [241]

Prospection

Prospection effectuée en 1980

Publication papier 

Tome : IPM - 8/1 (1980)

Page(s) :

Les imagettes de ce tome sont accessibles via ce lien : Imagettes

Code de la fiche

62119-INV-0075-01

 La commune du bien étant en cours d'actualisation, il n'est momentanément pas possible de soumettre d'observations sur ses biens.