Chronique de l'Archéologie wallone - 17 - page 90

89
Quaregnon/Quaregnon : fouilles préventives aux
abords de la tour Saint-Quentin, campagne 2008
Marceline Denis
L’intervention archéologique sur la
Grand-PlacedeQuaregnon fait suite auprojet
de rénovation du centre urbainmis en œuvre
en avril 2008. Au vu des importants travaux
envisagés sur le site et du caractère sensible
de la zone concernée, la Direction de l’Ar-
chéologie (Direction de Hainaut I, SPW) a
tenu à assurer une campagne de fouilles pré-
ventive sur l’ensemble de l’espace menacé
(parc. cad. : Quaregnon, 1
re
Div., Sect. B,
n
o
694
c
et espaces publics). Les opérations
archéologiques ont été menées conjoin-
tement avec l’ASBL Recherches et Pros-
pections archéologiques en Wallonie. La
première campagne de fouilles d’une durée
de quatre mois et demi s’est concentrée sur
le centre de la place communale, à proxi-
mité de la tour Saint-Quentin, seul vestige
subsistant des églises qui occupèrent le site
jusqu’au début du xx
e
siècle. Les fouilles ont
permis d’identifier une occupation ininter-
rompue des secteurs investigués depuis le
milieu du vii
e
siècle après J.-C. Au travers
des vestiges des églises successives dédiées
à saint Quentin, du village médiéval et d’un
cimetière mérovingien, ce sont toutes les
facettes de la vie quotidienne de la ville qui
furent mises au jour. Une seconde campagne
de fouilles verra le jour au printemps 2009 et
se concentrera sur la moitié sud de la place
communale.
Quaregnon mérovingienne
L’histoire du peuplement de la Grand-
Place débute à l’époque mérovingienne.
Le site fut initialement occupé par un petit
cimetière à inhumation constitué d’une dou-
zaine de sépultures. Ce noyau funéraire de
faible ampleur est positionné sur un léger
promontoire dominant la plaine alluviale
du Rieu du Cœur, affluent de la Haine toute
proche. Son installation dut s’initier au
milieu du vii
e
siècle avec l’inhumation d’une
sépulture privilégiée féminine. Cette tombe
(inhumation en cercueil assemblé posé sur
traverses, orientée) a livré un ensemble
complet de parure et d’accessoires vesti-
mentaires dont une remarquable fibule en
alliage de cuivre, or, argent, pâte de verre
et grenats. L’occupation du cimetière se
poursuivit durant le viii
e
siècle, avec l’im-
plantation de tombes orientées faisant usage
de cercueils assemblés posés sur traverses et
de dépositions en caveau maçonnés. Toutes
ces tombes sont pratiquement dépourvues
de dépôt matériel.
Le nombre réduit d’inhumations sem-
ble illustrer une nécropole liée à une petite
unité rurale, voire familiale, probablement
concentrée autour d’une tombe fondatrice
féminine privilégiée. La fouille n’a révélé
aucun indice d’habitat contemporain à proxi-
mité de la nécropole, aussi faut-il sans doute
envisager un établissement situé en retrait de
l’aire funéraire. Aucun indice d’une délimi-
tation matérielle du cimetière n’a été mis en
évidence par les fouilles. Toutefois, la faible
ampleur de la nécropole, son resserrement et
l’occurrence des superpositions tend à illus-
trer un espace funéraire nettement défini,
voire délimité. La mémoire de cet espace
ne perdura que peu de temps et, dès le ix
e
siècle, les premières traces de réoccupation
du site apparaissent avec l’implantation de
structures d’habitat et de stockage.
Vue d’ensemble du site en cours de fouilles
menées à Quaregnon.
Fibule discoïde provenant de la tombe fémi-
nine mérovingienne F250 (
VII
e
siècle) (photo
L. Baty, DPat, SPW).
TOUT
PERI
1...,80,81,82,83,84,85,86,87,88,89 91,92,93,94,95,96,97,98,99,100,...228
Powered by FlippingBook