Chronique de l'Archéologie wallonne - 22 - page 281

Chronique de l’Archéologie wallonne
Toutes périodes
280
construction entraîne la destruction des structures pré-
citées et une réorientation d’une partie des bâtiments
donnant sur la rue du Lombard.
Une quatrième phase, postérieure en chronologie
relative à la construction du Mont-de-Piété mais direc-
tement liée à la construction de celui-ci, a été décelée
dans les zones nord et sud de la cour. Ainsi, dans la
partie septentrionale, des latrines (7) ont été aména-
gées contre l’aile nord du « Cobergher ». Dans l’angle
méridional de la cour, un mur (8), orienté nord-ouest/
sud-est, a été dégagé perpendiculairement à l’aile orien-
tale du « Cobergher ». Détruit sur les deux tiers de sa
longueur, il reliait le grand bâtiment à la façade arrière
du n
o
14. Parallèle au mur parcellaire sud, il devait déli-
miter, depuis la rue du Lombard, un couloir ou une
ruelle d’accès au Mont-de-Piété. Ce mur était percé
d’une porte qui donnait, vers le nord, dans la cour inté-
rieure. Celle-ci était recouverte d’une épaisse couche de
tuileaux et briques pilées dont la fonction reste énigma-
tique. Peut-être était-ce un isolant (la nappe phréatique
étant proche de la surface) et/ou un niveau de prépara-
tion de sol d’une cour pavée aujourd’hui disparue. Le
couloir d’accès au « Cobergher » était barré par un mur
(9) qui devait soutenir une porte intermédiaire située
entre le Mont-de-Piété et la rue.
Dans une cinquième phase, la porte barrant le cou-
loir d’accès au « Cobergher »
est réaménagée et celle
donnant accès à la cour est agrandie. La couverture des
latrines est également refaite.
Durant le 19
e
siècle, la cour semble être divisée en
deux lots. Unmuret en briques (10), orienté nord-ouest/
sud-est, situé au centre de la cour, vient buter contre
la façade du « Cobergher ». Il prolonge la mitoyenneté
de deux annexes construites à l’arrière des n
os
14 et 16
(11 et 12). Un muret perpendiculaire (13) vient fermer
une courette située à l’arrière du n
o
18.
Enfin, au 20
e
siècle, une septième phase voit la
construction d’une citerne contre le « Cobergher » (14)
et d’un petit bâtiment (15) à l’arrière du n
o
14 détruisant
le mur de clôture d’origine de la cour mais laissant tou-
jours l’accès à l’aile orientale du « Cobergher », le long
du mur mitoyen. Une nouvelle porte, donnant cette
fois sur un petit jardin intérieur, est aménagée contre
les fondations de l’ancien mur de clôture de la cour.
Bibliographie
■ Siebrand M., 2013
a
. Namur/Namur : suivi archéologique à
l’académie des Beaux-Arts, ancien Mont-de-Piété,
Chronique
de l’Archéologie wallonne
, 21, p. 280-281.
■ Siebrand M., 2013
b
. Suivi archéologique à l’académie des
Beaux-Arts (ancienMont-de-Piété) à Namur (Nr),
Archaeologia
Mediaevalis
, 36, p. 128-129.
1...,271,272,273,274,275,276,277,278,279,280 282,283,284,285,286,287,288,289,290,291,...298
Powered by FlippingBook