Inventaire du patrimoine culturel immobilier

Recherche 
Uniquement les fiches pastillées ?
Liste des biens de votre commune
Quelques chiffres
Loading
Libellé(s) 

Aucun libellé renseigné

Localisation

Adresse principale : Montagne Sainte-Walburge 4, LIEGE (Liège)

Notice

No 4. Hôpital psychiatrique. Ancien hôpital de Volière. Complexe de bâtiments anciens et modernes entourés de jardins et de vergers. L'association des frères Cellites ou Alexiens s'y installa en 1520, quoique la maison religieuse fut supprimée comme telle en 1797, les Cellites s'y maintinrent jusqu'en 1932, date à laquelle ils furent remplacés par les frères de Saint-Jean-de-Dieu, puis par les frères de Notre-Dame de Lourdes jusqu'à 1967.
Plan dessinant un Z. Une 1re aile XVIe s. est orientée 0.-E., elle est reliée à l'église Saint-Roch, sise rue Volière et de même orientation, par un bâtiment XVIIe-XVIIIe s. A l'O. de ces bâtiments, regardant le pignon du XVIe s., l'actuelle morgue occupe une bâtisse XVIIIe s. Enfin, au N. de l'aile XVIe s., un petit pavillon du XVIIIe. Aile XVIe s., dite la Licorne, construite en moellons de grès houiller, antérieure à 1520 et vraisemblablement restaurée en 1527. Primitivement longue de huit (?) travées sur trois niveaux, elle a été fort remaniée à diverses époques.
A la façade principale au S., les deux travées dr. sont masquées par l'adjonction d'un bâtiment XVIIe s. Le r.d.ch. ne conserve plus d'éléments originaux : hormis des baies aménagées au XVIIIe s. ou récentes, on remarque, au centre de la bâtisse, une porte à linteau droit surmontée d'une baie à croisée, linteau en accolade, jambages chaînés, ces éléments sont reconstitués; à g. de cette porte une autre entrée, aujourd'hui murée à sa partie inférieure, cintre à clé datée 1632.
L'étage conserve encore quatre baies à traverse, linteau en accolade, jambages chaînés et traverse moulurée, les seuils sont abaissés. Enfin, sous corniche, trace de petites baies carrées au chambranle mouluré, aujourd'hui murées. Corniche de p. profilée, bâtière à coyau, tuiles, deux lucarnes passantes.
La façade arrière, mieux conservée, est éclairée au r.d.ch. de baies à croisée, linteau en accolade déchargé d'un rouleau de briques, jambages chaînés. Ces baies sont situées sous les trumeaux du 1er étage.
Perpend. à cette aile, bâtiment en briques et calcaire situé à la charnière
XVIIe-XVIIIe s. également fort remanié. La façade O., longue de six travées et haute de deux niveaux, est éclairée au r.d.ch. de baies à meneau et linteau droit, jambages chaînés; à l'étage, petites baies à linteau droit et jambages chaînés.
Corniche de bois, bâtière à coyau, tuiles, percée d'une lucarne passante à la 2e travée dr. et de cinq lucarnes à croupe.
Située au N. de l'aile XVIe s., petite construction en briques et calcaire de trois travées sur un niveau, datant de la 2e moit. du XVIIIe S. Il s'agit peut-être d'un vide-bouteille. Façade accostée de pilastres à refends, baies à linteau intradossé orné d'une fausse clé avec coquille Louis XIV et de rocailles, porte au centre. Corniche de p. en gorge, couverture en pavillon, ardoises.
A l'O. de la construction du XVIe s., actuellement la morgue, bâtiment de plan rect., en briques et calcaire, du mil. du XVIIIe s., posant sur un haut soubassement de p. Elévation de trois niveaux sur quatre travées. Baies au linteau bombé à clé au r.d.ch., aux étages, la brique et la p. alternent dans l'encadrement des fenêtres peut-être postérieures. La porte à linteau droit surmontée d'une grand baie d'imposte en forme de fenêtre au linteau bombé à clé, est percée sur le pignon N. Chaînage d'angle harpé. Corniche de p. profilée sous la bâtière d'ardoises à croupe; deux lucarnes à fronton triangulaire. Dans la construction ajoutée au XXe s., sur la face S., une porte au linteau déprimé datée de 1738 sous une baie d'imposte surmontée de disques décorés : «DAV... REX / JUDAS MACABEUS».
Nos 17-19. R. Volière. Chap. de l'ancien couvent des frères Cellites, dédiée à saint Roch, construite en 1563 et agrandie en 1663. Edifice à nef unique de quatre travées, couvert par une voûte en berceau stuqué du XVIIIe s. et terminé par une abside à trois pans. Accessible par un perron, façade-pignon en briques et calcaire. R.d.ch. entièrement en p. percé d'un portail cintré à clé monumentale, surmonté d'un larmier sous une triple niche. Etage compartimenté par de nombreux cordons horizontaux et éclairé par deux baies en arc faiblement brisé. Au centre, sous les rampants du toit, baie à linteau déprimé accosté de deux petites baies semblables (bouchées). Bâtière d'ardoises à coyau.
A dr., no 19 au mil. d'un r.d.ch. également en calcaire, porte cintrée à chambranle formant boudin reposant sur un culot chanfreiné, surmontée, à l'étage, d'une baie à meneau et piédroits chaînés. Eclairé par des baies en arc brisé, corridor longeant la chap., surmonté par une galerie ouverte sur celle-ci par des arcades et éclairée par des baies à meneau et piédroits harpés. Frise dentée sur denticule sous la corniche de bois, toiture prolongeant la pente de la bâtière de la chap. Dalles funéraires intégrées dans les murs (fig. 93 à 95).

Mobilier

Dans le choeur, vie de st Roch par Jean Latour (1780);
Crucifixion de l'autel majeur par H. Deprez (1789);
Statues baroques (XVIIIe s.);
Vitraux (1651);
Buffet d'orgue abritant un orgue de Robustelli(les deux de 1769);
Lambris (1789);
Dalles funéraires.

Prospection

Prospection effectuée en 1974

Publication papier 

Tome : IPM - 3 (1974)

Page(s) :

Code de la fiche

62063-INV-1952-01

Autre(s) version(s) de la fiche 

Version(s) ultérieures :