Inventaire du patrimoine culturel immobilier

Recherche 
Liste des biens de votre commune
Quelques chiffres
Loading
Carte Google
Libellé(s) 

 château (Château d'Ordange)

Illustration(s)
Localisation

Adresse principale : Rue d'Ordange 8, SERAING (Jemeppe)

Inscription 

Bien inscrit comme : Monument

Classement

Tout ou partie de ce bien est classé ou fait partie d'un site classé et fait partie du(des) dossier(s) suivant(s) :

Notice

Relevant de la cour allodiale de Liège, le château d'Ordange est cité dès le 15e siècle; sa construction commandée par un descendant du chevalier Antoine de Jemeppe remonterait à 1414. À la fin de ce siècle, déjà meurtri par les troupes de Charles le Téméraire en 1468, il fut détruit par le parti des de la Marck en lutte contre l'évêque Jean de Horn en 1490. Propriété du «bon métier» des cuveliers en 1519, le château reconstruit fit l'objet de tractations et de ventes dans les courant du 16e siècle et connut de nombreux occupants, en particulier en raison du défaut de paiement des rentes. Au début du 17e siècle, Godefroid de Bocholtz acheta le château et le loua. Curieusement, le locataire le vendit et le château passa ensuite aux mains de nombreux propriétaires durant les 18e et 19e siècles. Acquis au début du 20e siècle par la famille Gevaert, le château fut cédé en 1975 par la dernière descendante, Suzanne Collon-Gevaert, à la commune de Jemeppe. Affecté par celle-ci à des activités culturelles, le château est classé comme monument depuis le 12 janvier 1979. Une partie du mobilier ainsi que le décor mural de la chapelle sont repris dans la liste du patrimoine immobilier exceptionnel de Wallonie du 27 mai 2009.
De la forteresse médiévale, le château a conservé son caractère fermé et ses douves. Celles-ci étaient autrefois remplies d'eau provenant de l'araine d'Ordange qui démergeait les anciens charbonnages de Jemeppe, Grâce-Hollogne et Montegnée. Deux tours circulaires, du 15e ou du 16e siècle, en moellons de grès percées de baies à croisée et piédroits chaînés, déchargées, du 17e siècle, encadrent l'entrée. L'une a toutefois gardé une petite ouverture à linteau en mitre. Jadis précédée d'un pont-levis encore cité en 1589, aujourd'hui remplacé par un pont de pierre, l'entrée occupe la place de l'entrée primitive en dessous d'une baie à linteau échancré. Dans le mur de moellons, on peut encore voir les ouvertures servant à man½uvrer les chaînes du pont-levis et des arquebusières à l'étage. Dans le porche, une pierre porte les armes de la famille de Groesbeeck et une autre les armoiries des descendants du chevalier Antoine de Jemeppe. À droite du porche, prolongeant l'aile d'entrée au-delà de la tour circulaire, l'ancienne chapelle castrale en moellons de grès est couverte d'une bâtière d'ardoises interrompue par un pignon en escalier. À l'intérieur, intéressant plafond à voussettes et peintures murales dans la sacristie.
Dans la cour, l'aile nord-ouest abrite un logis en briques et calcaire dont la façade est datée de 1643 par les ancres. Les six travées sont éclairées sur deux niveaux par des baies autrefois à croisée et à traverse, déchargées, pour la plupart refaites; de petites ouvertures interrompent la frise dentée sur denticules sous la bâtière d'ardoises. La façade arrière tournée vers le jardin conserve une partie de ses murs anciens au sud-ouest. Le rez-de-chaussée en moellons de grès est percé de petites baies à piédroits chaînés peut-être du 16e siècle et l'étage est ajouré de deux baies à croisée et piédroits chaînés du 17e siècle. Au centre, les trois travées en avancée ont été ajoutées au 18e siècle. Percements de la même époque dans la partie de gauche qui a également gardé un rez-de-chaussée en moellons : baies à linteau droit et, au centre de l'avant-corps, porte semblable portant les armoiries d'un propriétaire de la fin du 18e siècle, Gaiquier de Roger, 1785. Au sud-ouest, un haut mur-pignon en moellons est terminé par un pignon en briques. À côté de baies remaniées subsistent de hautes baies à traverse et piédroits harpés du 17e siècle; ouvertures en briques dans le pignon. Au nord-ouest, mêmes percements dans le mur-pignon.
Face au logis, les anciennes écuries ont été récemment restaurées. Elles sont ouvertes aujourd'hui de portes à linteau droit et de baies à croisée et à traverse. Bâtière de tuiles et d'ardoises. Lucarnes à pennes.
À l'intérieur de l'habitation, de remarquables cheminées de style gothique, Renaissance et classique ainsi qu'un mobilier et une décoration soignée sont heureusement préservés.

Michèle Callut & BD

Bibliographie

F. B., 1932. Le château d'Ordange à Jemeppe, Chronique archéologique du Pays de Liège, 23, p.72-76
PEETERS M., [1987]. Il était une fois Jemeppe-sur-Meuse, Grivegnée, Société d'édition et de publicité du Marché commun, p. 56-60.

Cartographie 

Partie constituante principale

château

Identité

Fonction(s)

  • Fonction(s) primitive(s) : château
  • Fonction(s) actuelle(s) : habitation

Nom(s)

  • Nom(s) primitif(s) : Château d'Ordange

Datation 

Siècle(s)

16e, 17e, 18e, 19e

Style(s)

Traditionnel

Prospection

Auteur(s) de la prospection (2009) : Bénédicte DEWEZ, Flavio DI CAMPLI

Code de la fiche

62096-INV-0025-02

Autre(s) version(s) de la fiche 

Version(s) antérieures :

Vous êtes sur le point de proposer une observation sur la fiche 62096-INV-0025-02.
Voici la liste des observations possibles :

Si vous souhaitez faire un autre type d'observation, merci de prendre contact directement avec les agents responsablesde l'Inventaire du patrimoine culturel immobilier dont les informations de contact sont accessibles ici